La ligne Sète-Tanger

La liaison maritime Tanger/Sète – Sète/Tanger

Première ligne ferry de nuit opérée entre le Maroc et l’Europe, la ligne est créée en 1975 avec un premier bateau : L’AGADIR. Par la suite l’armateur marocain COMARIT / COMANAV exploitera la ligne jusqu’en 2012 simultanément avec trois navires, le MARRAKECH, le BENI N’SAR et le BILADI.

Le Marrakech est un ferry construit par les Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire pour la Comanav. Il est mis en service le 21 mai 1986 entre TANGER et SETE

 

 

Le BILADI, 170 mètres de long, 22 mètres de large, neuf ponts, peut accueillir 1.500 passagers et 500 voitures. Comme le Marrakech, il relie Sète à Tanger, son port d’attache, en 38 heures, à la vitesse de 19 nœuds.

 

Actuellement exploitée par l’armateur italien Grandi navi veloci GNV, la ligne transporte 140 000 passagers par an, à raison de deux rotations par semaine, avec divers bateaux, le  Majestic, le Fantastic, l’Excellent, et, en haute saison le géant ATLAS.

L’ATLAS, navire de grande capacité est venu renforcer la ligne SETE / TANGER depuis avril 2018. Avec ses 160 mètres de long, 30 mètres de large et 47 mètres de haut, il peut transporter 2.000 passagers et 600 véhicules.

 

Pour la « petite » histoire, les sétois et les marins perdus de l’autre rive

Début janvier 2012,  240 marins  sont bloqués sur les trois car-ferrys de l’armement marocain, immobilisés à Sète en raison des dettes de la compagnie, qu’ils ne peuvent pas quitter au risque de perdre leurs arriérés de salaires. Le froid, l’enfermement et l’éloignement de leurs familles aggravent leur détresse. Chez les sétois, un mouvement de solidarité s’organise.

 

Dès le début, la peintre sétoise Vivi Navarro s’affaire tous les jours auprès de ces “marins perdus”. Elle a de nombreux amis sur le Biladi, à bord duquel elle a puisé son carnet de voyage publié un an auparavant aux Éditions Singulières.

 

Avec elle, c’est toute la communauté portuaire qui se mobilise pour apporter vivres et vêtements. La Ville de Sète ouvre gratuitement ses bains douches. L’association Seamen’s Club se mobilise 24 heures sur 24. Progressivement le mouvement fait tache d’huile auprès de la population.

La solidarité des sétois envers les marins marocains va se manifester pendant plus de six mois, jusqu’au rapatriement complet des derniers d’entre eux.