Les deux maisons

À terme, les deux maisons MALABATA-THAU

 A Tanger, la maison de Sète

 

à Sète, la maison de Tanger

Elles accueillent, de part et d’autre des deux rives de la Méditerranée

des artistes ou des écrivains en résidence,

des expositions,

des spectacles vivants,

Du cinéma,

des conférences, des débats,

des fêtes, des bals,

Des cours de cuisine de l’autre rive …

on peut à toute heure y prendre un verre, y lire la presse de l’autre ville,

on y trouve une petite bibliothèque, une petite ludothèque…

Deux lieux ouverts – comme les deux villes portuaires où elles se situent, chacune de ces maisons est à la fois un point d’arrivée et un point de départ, ce sont des maisons-ports, portes et fenêtres ouvertes sur la ville représentée et sur la ville d’accueil.

Deux lieux d’information permanente sur l’autre ville et sa région. On y découvre les principaux évènements qui font l’actualité culturelle, sociale, économique et touristique de la ville représentée,  des reportages,  des vidéos sur des thèmes variés comme:

le port,

la pêche,

la vieille ville,

la ville nouvelle, 

les lieux à la mode,

un concert, une fête,

les jeux populaires, les évènements sportifs, la plage, etc. etc.

Cinéma permanent – Dans chaque maison est programmé un film ou un documentaire représentatif du cinéma de l’autre rive qui sera projeté en boucle, selon le système du cinéma permanent.

Deux lieux attractifs – L’esprit des lieux, leur fonctionnement, leur programmation sont conçus et mis à jour en permanence pour correspondre le mieux possible aux attentes et aux goûts des habitants de la ville d’accueil, particulièrement à ceux du jeune public.

       
       
 

Fonctionnement : les acteurs et le principe

d’émission / réception

On trouve dans chacune des deux maisons :

Un poste d’emploi permanent, qualifié,

Des acteurs bénévoles et/ou des stagiaires : recrutés de préférence parmi

    • des lycéens,
    • étudiants,
    • élèves des Beaux-Arts, de conservatoire de musique,
    • élèves d’écoles de journalisme, de photographie, de cinéma, d’architecture…

A l’aide des outils de transmission numérique, ces acteurs sont tour à tour émetteurs et récepteurs:

      • Émetteurs, ils fabriquent ou rassemblent de la documentation et de l’information sur leur ville et leur région, à destination des acteurs de l’autre ville ;
      • Récepteurs, ils prennent connaissance des documents et informations reçues de l’autre ville et les mettent en œuvre à l’intention du public de leur ville.

Les moyens financiers

Le financement des actions engagées par l’association Malabata-Thau provient :

1 – des cotisations des adhérents,

2 – des dons alloués au titre du mécénat privé : en sa qualité d’association d’intérêt général contribuant au dialogue entre les cultures, Malabata-Thau entre dans le champ d’application des articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

A ce titre, les dons en faveur de Malabata-Thau bénéficient d’une réduction d’impôts de

                      –  60% pour les entreprises

                      –  66 % pour les particuliers.

3 – des aides publiques : Communes, Régions, États

4 – des recettes d’activités